Présentation d’une professionnelle de la Cordée Educative

Bonjour Marine, pouvez-vous nous dire en quelques mots qui vous êtes et nous expliquer votre parcours et votre situation actuelle.

Bonjour. Je m’appelle Marine Rouchy, j’ai 27 ans et je vis dans le Rhône. J’ai fait une licence “sciences humaines psychologie et sciences sociales” puis une formation de 3 ans qui m’a permis d’obtenir un diplôme d’état d’éducateur spécialisé. Depuis bientôt 6 mois, j’interviens également en libéral pour répondre aux besoins des familles sans réponses de droit commun.

Pourquoi choisir d’exercer aussi en libéral ?

Dans le travail au sein des institutions, on a tendance à avoir une relation d’interdépendance et à ne voir que les difficultés, tout en cherchant des réponses à tout. Pourtant, bien souvent, les familles ne veulent pas tout changer. Elles veulent avant tout mieux comprendre, être aidées sur certaines choses et soutenues dans leurs compétences. Et d’autre part, le plateau technique et les services proposés en institution sont absolument essentiels mais elles manquent de places. 

En libéral, les familles choisissent de travailler avec nous et cela change complètement la relation qui s’instaure. Il faut que la famille se sentent écoutée, soutenue, pas jugée. Une notion très importante est aussi que c’est de la coéducation et pas de la substitution. Le fait d’intervenir à domicile permet de voir le milieu où l’enfant évolue et d’en tenir compte. On donne des outils concrets, on comprend mieux comment apaiser le quotidien, aider la relation parent-enfant, etc. Notre vision devient plus clairvoyante et les solutions sont directement plus visibles. Ce mode de fonctionnement nous permet également d’intervenir de façon préventive dès les premières années de la vie d’un enfant ce qui est très important.

Pour moi, plus on travaille proche de la famille et de l’enfant, plus on est pertinent. Je trouve ça dommage que, malgré la richesse acquise au fil du temps avec notre expérience, nous ne puissions pas la partager plus facilement et que notre métier soit encore trop peu connu et rempli de préjugés. Nos outils peuvent servir à tout le monde, pas seulement aux familles en difficulté. D’ailleurs, c’est quoi une “famille en difficulté” ?

Quelles sont les étapes pour se lancer dans cette activité ?

Oser ! 

Bien sur, il ne faut pas négliger l’aspect administratif, la nécessité de remplir des papiers, de se créer un réseau etc. Il ne faut pas non plus cacher qu’il est difficile de réussir à en vivre rapidement. J’organise à ce titre une porte ouverte sur mon secteur pour permettre de faire connaître mon activité, avec des ateliers, des sortes de mini-conférences, qui vont me permettre de parler aux familles du secteur pour me présenter et présenter mes services

Cette aventure professionnelle renforce naturellement ma confiance en moi : oser faire des choses, sortir de sa zone de confort permet de grandir et de s’enrichir alors qu’à l’inverse, ne rien tenter et rester paralysé n’apporte rien. Il est en revanche essentiel de s’entourer d’un réseau de professionnels, à la fois pour être soutenu mais également pour pouvoir être connu des familles.

Justement, comment en êtes-vous venue à vous intéresser à la Cordée Educative ?

Quand j’ai commencé à faire des recherches sur internet au début de mon projet, je me suis vite rendu compte que je n’étais pas toute seule. Il y a une infinité de questions qui me sont venues sans toutefois réussir à trouver de réponses claires. J’ai tout d’abord découvert une formation payante à Versailles, que j’ai suivie. Mais lorsque je suis revenue dans la région lyonnaise, je me suis vite retrouvée seule et j’ai senti que c’était un problème. 

Alors quand j’ai découvert la Cordée Educative, j’ai tout de suite envoyé un message pour avoir plus d’informations. J’ai rencontré Laetitia qui m’a expliqué tout ce qui se faisait au sein de l’association et j’ai eu l’impression d’enfin trouver ce que je cherchais depuis longtemps. J’ai donc directement rejoint le réseau, le but étant d’agir collectivement pour aider le plus de familles possible.

Pourquoi la Cordée Educative et pas un autre réseau que l’on peut trouver sur internet en deux ou trois clics ?

J’avais besoin d’un réseau local, et de personnes qui connaissent leur région. Ce qui m’a également plu, c’est que ce sont de jeunes professionnels qui veulent lancer un projet ambitieux, qui cherchent des financements, ils veulent faire bouger les lignes positivement. On voit très bien que le but n’est pas de faire de l’argent, mais de véritablement faire avancer l’action sociale pour qu’elle soit plus collaborative, qu’elle ait plus d’impact. On nous demande d’adhérer à une charte éthique avant de s’inscrire, et moi ça me plait car cela montre à quel point ce sont des personnes professionnelles qui veillent à ce qu’il y ait un cadre sécurisant pour les travailleur sociaux, mais aussi pour les familles. 

Il y a quelque temps, j’ai reçu l’appel d’une entreprise qui a directement accepté mon profil, sans me demander de dossier, d’extrait de casier judiciaire, ni même de copie de mes diplômes. J’ai assez vite compris que j’avais à faire à quelque chose de pas net, et simplement tourné vers l’argent.

Pour rentrer un peu plus dans les solutions que propose la Cordée Educative, que penses-tu de la plateforme mise en ligne depuis début mars ?

Je trouve cela vraiment génial et dans l’air du temps. Aujourd’hui, ne nous voilons pas la face, les parents vont très généralement sur internet chercher des informations lorsqu’ils rencontrent un problème avec leur enfant. Ce canal permet de rester anonyme et de poser les questions que l’on souhaite sans avoir peur du jugement (enfin… ça dépend sur quel site on va justement (rire)). Du coup d’avoir une plateforme sur laquelle on retrouve les professionnels dans sa région, et un blog sur lequel on peut échanger sur différentes questions, c’est pertinent et ça rend notre métier visible. C’est un peu le principe de Doctolib (donner la possibilité aux parents d’entrer en contact avec un professionnel ou de prendre directement rendez-vous avec lui), et c’est génial car les outils d’aide à la parentalité doivent aujourd’hui être les plus accessibles possible. C’est aussi à nous de faire vivre ce réseau en le relayant, en le partageant et en le faisant vivre !

Une dernière question : comment imagines-tu l’avenir de ton métier, ou de l’aide sociale ?

Notre raison d’être, c’est d’aider les familles et de vraiment travailler ce principe de coéducation. Je rêve que les travailleurs sociaux et les institutions s’entendent pour être complémentaires sans tirer chacun la couverture à soi, sans avoir d’autres enjeux que leurs missions premières : l’éducation et l’intérêt supérieur des enfants et de leur famille.

One Reply to “Présentation d’une professionnelle de la Cordée Educative”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :