Scolarisation et handicap

L’accompagnement à la scolarisation des enfants en situation de handicap

L’entrée à l’école et le parcours de scolarisation font partie des appréhensions de tous les parents d’enfants porteurs de handicap, que ce dernier ait été reconnu avant ou en cours de scolarisation. C’est l’inconnu et les parents peuvent se sentir seuls et perdus face aux démarches et aux dispositifs à enclencher.

# Constat

Entrer dans le « monde du handicap » est une aventure inquiétante pour tous les parents qui y sont confrontés. Le chemin n’est pas balisé, les repères sont difficiles à trouver et il n’existe pas de fil d’Ariane pour vous guider dans ce labyrinthe. Être parent d’un enfant en situation de handicap est une vie à laquelle nous ne sommes pas préparés et dans laquelle il est difficile de se projeter.

La situation de handicap de l’enfant amène à beaucoup de questionnements et d’attentes. Des difficultés affectives, sociales ou professionnelles peuvent coexister ou apparaître suite à l’annonce du handicap. Les familles peuvent donc ressentir une grande solitude lors des premiers apprentissages et elles peuvent tenter de « bricoler » elles-mêmes des solutions. Elles peuvent également être confrontées à plusieurs autorités compétentes (Éducation Nationale, Conseil Départemental, médecins, etc.) et il peut être difficile de s’y retrouver et de coordonner les différents partenaires.

# Le principe du droit à la scolarisation

En tout premier lieu, il faut savoir qu’il existe le principe du droit à la scolarisation. En d’autres termes, les écoles publiques de secteur (maternelles et primaires) ont vocation à accueillir tous les enfants et ce, quel que soit leur handicap.

Un(e) directeur(trice) a donc obligation d’inscrire dans son école tout enfant de son secteur même si celui-ci est affecté dans une classe spécialisée située dans une autre école ou dans un établissement du secteur. Cette école de secteur deviendra l’école référente, c’est à dire qu’une place prioritaire est gardée pour l’enfant, même si celui-ci est scolarisé dans un établissement spécialisé dans un premier temps.

En maternelle, il n’existe pas de classes spécifiques. En primaire, le dispositif de scolarisation passe par les classes ULIS qui sont des unités d’inclusion scolaire.

Même si la législation continue d’évoluer pour une meilleure inclusion en milieu ordinaire des enfants porteurs de handicap, la réalité reste néanmoins extrêmement complexe.

# La scolarisation de l’enfant : un parcours difficile et complexe pour les parents

Au cours du parcours scolaire de leur enfant et en fonction de son handicap, les parents vont être confrontés à des choix difficiles à faire, des décisions complexes à prendre, et en particulier demander ou maintenir une scolarisation en milieu ordinaire (école de secteur, dispositif ULIS) et/ou en milieu protégé (établissements médicaux sociaux adaptés au handicap).

Bien évidemment, en fonction de leurs choix, ils seront amenés à monter un certain nombre de dossiers, et en tout premier lieu auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Pour la reconnaissance du handicap avant toute chose, mais également pour le projet de scolarisation, la prestation de compensation, etc. Ils devront également déposer un dossier auprès de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) pour la demande d’allocation pour l’enfant en situation de handicap – AEEH). Et cette liste n’est pas exhaustive, bien entendu.

# La scolarisation au quotidien : comment s’y retrouver parmi les différents dispositifs ?

PAI/PPS/PPRE/PAP/PIA/AVS/AESH sont autant de sigles qui recouvrent des situations et des besoins très différents pour l’enfant. On est alors en droit de se poser des questions : que signifient ces acronymes ? Qu’y a-t-il derrière tous ces dispositifs ? Lequel serait le plus adapté à mon enfant ? Qui solliciter ? Comment les mettre en place ? Dans quel cadre ?

Il y a de quoi perdre le nord quand l’équilibre familial est déjà bien bousculé par la situation. Les parents sont donc confrontés à une multitude de démarches et d’interlocuteurs dans la prise en charge de leur enfant et ont ils ont besoin d’être informés et soutenus.

Chaque parent veut bien évidemment le meilleur pour son enfant, et toutes ces démarches demandent du temps et de l’énergie. Il faut sans cesse être en lien avec l’école, apprendre à faire confiance, communiquer avec les enseignants, l’enseignant référent, etc. Et ce, de manière à pouvoir expliquer à chaque intervenant les difficultés et les capacités de son enfant à un instant T, préparer et participer aux réunions de l’équipe éducative, à la rédaction du projet d’accompagnement, et bien d’autres choses encore.

# Être accompagné par un professionnel ?

La scolarisation n’est évidemment pas la seule problématique rencontrée par les parents : les questions en liens avec la scolarisation peuvent être étroitement imbriquées avec celles du diagnostic, des soins, des rééducations, etc. L’enfant peut avoir besoin de soins spécialisés en structure ou par des professionnels intervenant en libéral.

Pour les parents, cela représente beaucoup d’énergie à fournir et beaucoup de temps à consacrer à chacune de ces questions. Une part importante de parents se voit dans l’obligation de réduire, voire cesser totalement son activité professionnelle. De même, comment trouver le temps pour maintenir une vie de famille ? De couple ? Pour permettre aux autres enfants de la fratrie de ne pas être envahis par la situation de handicap ?

Etre accompagné dans les dédales du labyrinthe administratif par un professionnel est indéniablement un plus qui permet d’éviter l’écueil de l’épuisement parental et de coordonner les différents partenaires pour une prise en charge plus adaptée de l’enfant. Et un professionnel compétent peut être présent aux côtés des parents non seulement pour les guider, mais également pour les soutenir, les épauler, les accompagner.

Le professionnel peut accompagner sur l’ensemble des questionnements auxquels les parents (et plus globalement les familles) doivent faire face. Il est également à leur écoute pour toute autre difficulté ayant un lien direct ou non avec le handicap de leur enfant (qu’elles soient familiales, professionnelles, financières). C’est ce que l’on nomme en travail social l’accompagnement global. Cet accompagnement global permet d’apporter aux parents une écoute et un soutien, et de les guider dans leurs choix.

Anne GAUTHIER – Conseil et Accompagnement Social – Lyon

Vous pouvez retrouver Anne sur le site de la Cordée Educative

 

One Reply to “L’accompagnement à la scolarisation des enfants en situation de handicap”

  1. j’étais aesh depuis 5 ans! 3 ans auprès d’une élève autiste ! je pars en ayant accompli ma mission d’indépendance et d’autonomie pour cette jeune fille ! malheureusement j’étais dans le privé et je n’ai reçu aucune aide personnelle d’écoute et d’aide par contre je me devais d’être rentable donc de faire le bouche-trou notamment à la vie scolaire! j’avais encore beaucoup à donner dans l’aide et l’accompagnement! tant pis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :