Du décrochage scolaire à la mise en projet

Lorsque je travaillais auprès de jeunes en classe de SEGPA, je me suis souvent posé la question de comment motiver ces adolescents ? Au fil de mes recherches, j’ai découvert un livre, une méthode : la Motivation Globale. C’est cette méthode, offrant une réponse à la problématique du décrochage scolaire et développée par l’asbl Odyssée, que je vous propose de découvrir. Cela fait presque 20 ans qu’ils la pratiquent, en Belgique,  et que cela fonctionne dans plus de 70% des cas.

# Qu’est ce que le décrochage scolaire ?

Le décrochage scolaire consiste en une mise en rupture par rapport à l’école et concerne des jeunes qui se placent en marge. Une manière de comprendre ce phénomène est de le voir non pas comme un problème en soi mais comme un signal, un message. Le jeune en décrochage cherche à satisfaire des besoins profonds, et ce sont les conséquences de ce décrochage qui peuvent être dommageables.

La Motivation Globale est une méthode pragmatique pour recréer du lien et, grâce à ce lien, dépasser le signal et construire un projet. Pour l’association, le décrochage est la face visible de l’iceberg et sous le niveau de la mer, les difficultés sont souvent beaucoup plus grandes et multifactorielles. En fait le jeune, en décrochant, tire la sonnette d’alarme et nous dit que quelque chose ne va pas, il ne trouve pas d’autres manières de le faire et souvent, malheureusement, l’adulte, l’école ne l’entend pas. Il fait alors sonner l’alarme de plus en plus fort, en se mettant de plus en plus en danger.

Chaque établissement scolaire a sa procédure pour gérer les absences injustifiées mais lorsque celles-ci ne fonctionnent pas, c’est là qu’il faut intervenir, créer une relation de confiance, sans chercher à savoir à la place du jeune. L’accompagnement consiste en lui faire prendre conscience que son avenir n’est pas bouché, que ses actes ne sont pas irrémédiables et que son avenir est entre ses mains, l’amener à reconquérir son existence et lui rendre sa place d’Auteur et Acteur de son avenir.

# Qu’est ce que la Motivation Globale ?

Il s’agit d’une méthode d’intervention au bénéfice d’un jeune pour lequel l’établissement scolaire craint un décrochage scolaire en raison du grand nombre d’absences injustifiées. Elle permet à l’adolescent de faire le point et de comprendre ce qu’il vit.

La méthode repose sur la participation des différents intervenants auprès du jeune. Elle a fait l’objet d’un projet pilote au terme duquel 5 étapes ont été définies pour retisser le lien avec le jeune : le recueil de la demande (initiée par l’école), la prise de contact, l’accroche du jeune, l’accompagnement lui-même et enfin le suivi. Un accompagnement en Motivation Globale est réussi lorsque le jeune s’implique à nouveau dans un projet.

Personne n’est réellement heureux de s’exclure d’un système, le décrochage scolaire est donc l’expression d’une tension et il s’agit de comprendre ce que le jeune cherche à exprimer.

La particularité de la démarche est que le jeune n’a rien demandé, c’est l’école qui fait la demande en raison d’un grand nombre d’absences injustifiés, de changement de comportement  et éventuellement parce que les parents ne donnent pas suite aux sollicitations.

# Les quatre types de décrochage

Il existe plusieurs types de décrochage. Au sein de l’école, le décrochage est souvent utilisé pour parler de lacunes pédagogiques. Il s’agit donc d’un « décrochage pédagogique » : le jeune accuse un retard dans l’acquisition de connaissances et compétences. Il n’est plus en mesure de suivre. L’équipe pédagogique diagnostique le problème et plusieurs solutions peuvent être proposées telles des cours particuliers. Dans ce cas là, le contact avec le jeune et sa famille n’est pas rompu.

Lorsque le jeune ne se présente plus de façon régulière à l’école et que ses absences deviennent injustifiées, l’école lance une procédure pour contacter les parents, les invitant à une rencontre. Certains parents ne répondent pas à cette sollicitation. Il s’agit de «décrochage scolaire ».

Dans certaines situations les liens familiaux sont fragilisés, la famille n’arrive pas à faire face, il s’agit de « décrochage familial ». Lorsque cette situation empire, que le jeune est livré à lui-même, il peut passer à des actes de petite délinquance. Il s’agit de «décrochage social ». Les décrocheurs scolaires ne sont pas nécessairement délinquants.

# La place des familles

Parfois les parents ne sont pas au courant du décrochage de leur enfant et ce, bien que l’école ait tenté de prendre contact. Le travail auprès des parents consiste à les aider à développer des émotions plus positives pour trouver eux-mêmes leurs solutions. Lorsque le parent se montre furieux ou désespéré, nous allons l’aider à se calmer. Lorsqu’il est paniqué, viser la détente et lorsqu’il est désinvesti, cibler l’implication.

Il existe plusieurs types d’attitude des parents face au décrochage :

  • le parent réceptif : son émotion dominante est l’inquiétude, le ton à employer se veut rassurant
  • le parent surpris : son émotion dominante est la colère, le ton à employer se veut apaisant
  • le parent absent : son émotion dominante est le désintérêt par rapport à la scolarité, le ton à employer se veut normatif
  • le parent fermé : son émotion dominante est la peur, le repli, le ton à employer sera la persuasion du bien fondé du travail

On peut aussi accompagner les parents à sortir de la crise, accompagner le système familial entier au bénéfice de l’insertion du jeune. L’objectif est de soutenir la fonction parentale.

Les parents sont souvent en demande :

  • d’écoute, de compréhension, et de pistes de réflexions pour un nouveau positionnement éducatif
  • d’une diminution de leur stress, se confier, se ressourcer pour pouvoir retrouver l’énergie de faire face
  • de donner du sens à la crise et de retrouver leur équilibre familial

# Les freins à l’orientation

Certaines croyances ont la vie dure et peuvent freiner la mise en action et la réalisation d’un rêve, dans le domaine de l’orientation : «  si tu deviens artiste, tu manqueras d’argent », «  les métiers manuels sont moins bons que les métiers intellectuels », « avoir un poste à responsabilité pour une fille c’est pas facile », «  les patrons sont tous des exploiteurs » etc. Or donner du crédit à une croyance c’est mettre un peu de brouillard sur son rêve…

# De l’élan vital au projet

L’école en se centrant prioritairement sur l’acquisition de connaissances ne saisit pas toutes les chances de stimuler le potentiel des jeunes. Tout individu porte en lui un projet. En prendre conscience et tenter l’aventure nécessite de l’introspection, de regarder nos peurs et ainsi tenter de les dépasser. Se concentrer sur nos ressentis pour se reconnecter à notre pouvoir créatif.

Le travail consiste à apprendre à mieux se connaitre, pour apprécier qui nous sommes et développer ainsi l’estime de soi. Plus celle-ci est développée plus nous nous sentons capables et donc plus nous passons à l’action.

L’objectif de l’intervention en Motivation Globale est d’accompagner le jeune pour qu’il découvre qui il est à travers ses besoins, ses désirs, ses valeurs. Revenir vers un projet qui a du sens pour lui revient à résoudre la cause du décrochage.

Si l’école ne peut pas faire ce travail là, alors nous devons trouver des espaces  pour favoriser la connaissance de soi, les aptitudes relationnelles et la gestion de projet.

 

L’association asbl Odyssée et moi-même proposons des formations pour accompagner avec la Motivation Globale

 

Amandine MARCHIER – Educatrice Spécialisée – Formatrice – Nîmes

06.63.99.22.34

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 Replies to “Du décrochage scolaire à la mise en projet”

  1. Bonjour,
    je suis éducatrice en libéral en Isère mais aussi maman d’un ado asperger déscolarisé, votre méthode m’intéresse énormément. Quand faites vous les formations ? en vous remerciant

    1. Bonjour,

      pour le moment pas de dates prévues car il faut un nombre de personnes suffisant pour pouvoir faire déplacer l’association de Belgique. Ceci dit si le nombre n est pas suffisant mais reste correct j’envisage moi même de faire une proposition. Je garde donc votre contact avec plaisir….ceci dit je ne sais pas si cela peut correspondre à votre besoin et à celui de votre fils mais l’association Cequejeveuxfaireplustard propose des interventions et séjours sur Lyon..

      Si vous le voulez nous pouvons échanger sur vos besoins car je peux avoir des possibilités même à distance

  2. Bonjour je serais également intéressée.
    Si vous faites une formation puis je être informée également.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :